Bien-être hormonal Cycle féminin Endométriose SOPK

L’estrobolome

estrobolome-sante-hormonale

Saviez-vous que notre digestion, et en particulier notre microbiote, a un impact hormonal ? L’une des principales manifestations de ce lien encore peu connu est l’estrobolome.

Le microbiote intestinal humain fait l’objet de nombreuses recherches médicales. On ne cesse de faire de nouvelles découvertes à ce sujet. L’adage populaire dit « Nous sommes ce que nous mangeons », mais nous sommes surtout ce que nous absorbons.

A travers cet article, que j’ai voulu le plus complet et accessible à toutes et tous, je souhaite vous expliquer l’importance du microbiote intestinal pour une bonne santé hormonale. Je vous donne surtout des conseils pratiques et des solutions efficaces pour équilibrer l’estrobolome et ainsi rétablir son équilibre hormonal.

Comment fonctionne l’appareil digestif

Avant de comprendre qu’est-ce que l’estrobolome, il est important de nous intéresser à notre système digestif.

La nourriture que nous mangeons est absorbée via le système digestif par le processus complexe de la digestion. L’appareil digestif est un ensemble d’organes et de glandes dont les principales fonctions sont de :

  • permettre l’entrée des aliments dans l’organisme,

  • leur digestion,

  • l’absorption de ces molécules vers le milieu interne de l’organisme,

  • mais aussi leur élimination vers l’extérieur.

La nourriture réduite en molécules par le processus de la digestion est alors en mesure de traverser la barrière intestinale pour rejoindre la circulation sanguine. Elle peut ainsi nourrir les milliards de cellules qui composent notre corps et nous fournir de l’énergie.

Plus l’alimentation sera qualitative et plus les nutriments seront de bonne qualité pour nourrir nos cellules et optimiser l’ensemble des fonctions de notre corps.

 

Les différents types de flore intestinale

Il existe une vie microbienne intense dans le côlon.

Chez toute personne en bonne santé, la flore intestinale est composée d’un ensemble de micro-organismes (bactéries, champignons…). Pour un poids moyen de 2 kg, notre tube digestif n’abrite pas moins de cent mille milliards de bactéries. Soit 10 fois plus que le nombre de cellules qui constituent l’intégralité de notre corps !

On distingue 3 types de flore  :

  • La flore dominante saprophyte (90%),
  • la flore sous dominante pathogéne (9%),

  • et la flore fluctuante (1%).

En général, tout ce petit monde vit en parfaite harmonie. Cependant différents facteurs peuvent influencer le développement des différentes flores. C’est le cas notamment des traitements antibiotiques, d’une alimentation trop sucrée, du stress, de la prise de médicaments, de la pilule contraceptive ou encore de l’alcool.

L’ensemble de ces facteurs peuvent entraîner la prédominance de la flore pathogène et donner lieu à des troubles digestifs, dont l’hyperperméabilité intestinale (qui n’est pas sans lien avec l’estrobolome).

Qu’est-ce l’hyperperméabilité intestinale ?

Quand les jonctions de la muqueuse intestinale sont endommagées, elles se disjoignent. Vont alors passer dans le sang des toxines, des bactéries et des molécules non assimilables par l’organisme.

Tout cela va engendrer une inflammation qui se manifeste par des flatulences, des diarrhées, des douleurs, etc. L’hyperperméabilité intestinale peut également être à l’origine de certaines maladies auto-immunes.

L'hyperméabilité intestinale
L’hyperméabilité intestinale (Source COPMED)

 

 

Un microbiote propre à chacun

Chaque individu possède un profil microbien spécifique, dépendant de multiples facteurs :

  • mode de naissance – voie naturelle ou césarienne ;

  • allaitement ou non,

  • qualité de la diversification alimentaire,

  • environnement géographique,

  • conditions d’hygiène,

  • vaccinations,

  • acidité gastrique, etc.

Ces facteurs influencent la diversité, la composition et l’activité métabolique du microbiote intestinal.

Et l’estrobolome dans tout ça ?

Les recherches récentes ont mis en lumière l’existence de microbes spécifiques qui jouent un rôle central dans la régulation des hormones et plus particulièrement des estrogènes.

On appelle ce microbiote spécifique l’estrobolome. Il influence le métabolisme de différentes formes d’œstrogènes. Et par conséquent, le risque de développer les maladies liées aux œstrogènes comme l’endométriose, le SOPK (Syndrome des Ovaires Polykystiques) ou encore le cancer du sein.

Toutes ces pathologies pourraient être liées à la qualité de notre estrobolome.

Les différents types d’oestrogènes

Pour mieux comprendre le lien entre estrobolome et le système hormonal, je vous propose un petit rappel sur les différentes formes d’oestrogènes.

Les œstrogènes jouent de nombreux rôles vitaux dans le corps humain. Elles vont notamment influencer la régulation de la graisse corporelle, la fonction de reproduction féminine, la santé cardiovasculaire, le renouvellement osseux et la fonction de la mémoire.

Les œstrogènes ne sont pas seulement des hormones féminines. Elles jouent également un rôle important dans certains aspects de la santé des hommes, tels que la maturation du sperme par exemple.

Le corps d’une femme produit trois principaux types d’œstrogènes. Chaque forme a des effets différents et influence différents tissus et fonctions dans le corps.

L’Estrone (E1)

L’œstrone est produite principalement dans les ovaires avant la ménopause. Elle peut être convertie en estradiol dans le corps (et vice versa). Bien que les œstrogènes diminuent globalement avec la ménopause, l’estrone devient l’œstrogène circulant dominant lorsque nous sommes ménopausées.

L’oestrone a des effets moins puissants que l’estradiol (E2).

L’Estradiol (E2)

L’estradiol est la principale forme d’oestrogène produite dans les ovaires chez les femmes préménopausées. Elle est également produite par les surrénales et le placenta.

 C’est la forme d’œstrogène la plus puissante pendant les années de reproduction en termes de taux sériques (prise de sang) absolus et d’activité œstrogénique. L’estradiol joue également un rôle clé dans le développement des caractéristiques sexuelles secondaires féminines telles que les seins et la répartition des graisses corporelles.

L’estradiol joue aussi un rôle déterminant dans le maintien des tissus reproducteurs féminins. Il soutient la croissance osseuse et influence la santé cardiaque et la mémoire. De plus, on pense que cette forme d’oestrogène joue un rôle dans des maladies telles que l’endométriose, les fibromes, les cancers de l’utérus, des ovaires et des seins.

L’estriol (E3)

L’estriol est la forme d’oestrogène la moins puissante. C’est l’œstrogène dominant pendant la grossesse, car il est fabriqué en grande quantité par le placenta.

Les œstrogènes se trouvent également dans certains composés de notre environnement. Certains sont produits par des plantes (notamment phytoestrogènes comme le soja), qui peuvent être consommés comme aliments. D’autres sont fabriqués de manière synthétique (xénoestrogènes) et se retrouvent dans les produits ménagers courants tels que les parfums, les pesticides et les plastiques.

Les toxines telles que les xénoestrogènes sont absorbées par le corps et stockées dans le foie et les cellules graisseuses. Elles peuvent s’ajouter aux œstrogènes produits de manière naturelle par le corps, et influencer la prolifération cellulaire ou perturber d’une autre manière l’équilibre hormonal du corps.

Ces différentes formes d’œstrogènes interagissent et s’influencent mutuellement dans l’organisme. Ainsi, l’équilibre global des principales formes d’oestrogènes et de leurs métabolites joue un rôle clé dans la modulation du risque de maladie (notamment liées à l’estrobolome).

Les niveaux d’hormones circulant dans notre corps et leur métabolisme ainsi que leur excrétion, ont notamment un impact sur le risque que vous développiez des maladies inflammatoires, auto-immunes et malignes.

La connexion intestin-hormone et l’œstrobolome

Les microbes de l’estrobolome produisent ce que l’on appelle de la bêta-glucuronidase. Cette enzyme modifie les œstrogènes dans leurs formes actives.

La modulation des oestrogénes circulants par l'oestrobolome
La modulation des oestrogènes circulants par l’estrobolome

Qu’est ce que la bêta glucuronidase ?

La bêta glucuronidase est une enzyme produite par l’estrobolome. Elle participe à la dégradation des glucides complexes, détoxifie les oestrogènes, les hormones thyroïdiennes, et d’autres toxines environnementales.

De plus, elle entre en jeu dans la phase 2 de la détox hépatique. Nous en avons donc besoin en quantité maîtrisée. Un niveau élevé de bêta glucuronidase prédispose à une augmentation du risque de cancer hormonodépendant, tels que le cancer du seins, de l’utérus, des ovaires et de la thyroïde. Mais il peut aussi entraîner une hyperoestrogénie, et causer des problèmes de détoxification hépatique.

En général, plus l’estrobolome de votre intestin produit de bêta-glucuronidase, moins les œstrogènes sont excrétés hors du corps. Résultat, elles s’accumulent dans l’organisme. Ces œstrogènes sont alors remis en circulation et peuvent se lier à des récepteurs spécifiques et exercer leur influence sur divers processus physiologiques.

Lorsque le microbiote intestinal est déséquilibré (un état que l’on appelle aussi dysbiose), l’activité de la bêta-glucuronidase peut être modifiée. En plus des niveaux variables de cette activité enzymatique, la richesse microbienne intestinale dans son ensemble influence également l’équilibre des œstrogènes circulant dans le corps.

Cette dysbiose peut entraîner soit une carence, soit un excès d’œstrogènes libres (appelée hyperoestrogénie). Elle peut aussi provoquer des déséquilibres entre les différentes formes d’œstrogènes et d’autres hormones, ce qui peut favoriser le développement de pathologies liées aux œstrogènes ainsi que des maladies chroniques.

Certaines études ont d’ailleurs démontré que des femmes atteintes du cancer du sein avaient une moindre diversité de bactéries intestinales.

Le rôle du foie dans la santé hormonale

On attribue au foie plus de 200 fonctions. Et notamment celle de filtrer le sang au débit d’environ 1,5 litres de sang par minute, soit près de 2400 litres par 24 heures.

Parmi ses principales fonctions, on retiendra surtout ses fonctions métaboliques. Le foie se charge notamment du métabolisme glucidique, lipidique et protéique. Mais aussi du stockage des vitamines liposolubles (A,D, E et K) ainsi que la vitamine B9 est B12, et la transformation de la vitamine D.

Il sécrète la bile, elle aussi essentielle pour la détoxication. La bile assure en effet l’élimination des toxines endogènes (produits de dégradation de votre métabolisme) et exogènes.

 

Le détoxification hépatique

La détoxification hépatique a pour principal rôle de transformer des toxines liposolubles et métabolites hydrosolubles afin de les excréter hors de l’organisme via les urines ou les selles.

Elle s’opère en 3 étapes :

La phase 1, dite phase fonctionnelle

La plupart des toxines sont liposolubles. Elles sont transformées en produits intermédiaires grâce à l’action d’un enzyme que l’on appelle la Cytochrome P-450. Cette opération nécessite des cofacteurs indispensables tels les vitamines du groupe B. Mais aussi des acides aminés, du glutathion, des flavonoïdes et des phospholipides.

La phase 2, dite phase de conjugaison

Dans cette étape, les métabolites toxiques vont devenir inertes.

La phase 3, dite phase d’élimination des toxines

Cette phase de détoxification hépatique permet d’évacuer les métabolites inertes via les selles et les urines.

Le terme de « détox » a tendance à être galvaudé. Or, si une « détox »n’est pas conduite correctement, elle peut se révéler néfaste. Le risque est en effet de mettre en circulation des toxines qui ne seront pas correctement excrétées.

 

L’importance de la bile et de la vésicule biliaire :

La vésicule biliaire stocke la bile produite par le foie.

Chaque année de nombreuses opérations d’ablation de la vésicule biliaire sont réalisées. C’est une opération assez bénigne pour le corps médical.

Nous pouvons vivre sans vésicule biliaire, bien sûr, mais quel impact à cette opération sur la qualité de vie ?

Comme nous l’avons vu plus haut, la bile permet d’excréter, entre autres choses, les œstrogènes et leurs métabolites. Or lorsque vous ne pouvez plus stocker la bile dans la vésicule biliaire, celle-ci s’écoule en permanence. Ce qui ne permet plus d’évacuer correctement les oestrogènes qui vont alors s’accumuler.

Cette accumulation donne lieu à un état de dominance des œstrogènes, que l’on appelle aussi hyperoestrogénie. Ce phénomène survient en général six mois après l’intervention.

 

Dysbiose de l’œstrobolome et maladie chronique

Compte tenu des différents rôles que jouent les œstrogènes dans le corps humain, il n’est pas surprenant que la dysbiose intestinale, qui altère l’estrobolome, ait été associée au développement de plusieurs maladies chroniques.

Par exemple, la perturbation de l’estrobolome chez les femmes ménopausées est associée à un risque accru :

  • d’obésité,

  • de maladie cardiovasculaire

  • et de perte de densité osseuse telle que l’ostéoporose.

 

Estrobolome et endométriose

D’autres recherches suggèrent que l’estrobolome du tractus gastro-intestinal et du vagin chez les femmes atteintes d’endométriose peut conduire à un plus grand nombre de bactéries productrices de bêta-glucuronidase. Cela entraîne une augmentation des taux d’œstrogènes circulant dans l’organisme et une inflammation qui provoqueront à leur tour l’endométriose.

 

Les liens entre estrobolome et SOPK (Syndrome des Ovaires Polykystiques)

Le syndrome des ovaires polykystiques (ou SOPK) est un autre syndrome pouvant être influencé par l’équilibre des microbes dans l’estrobolome.

Des études suggèrent qu’un déséquilibre du microbiote intestinal peut favoriser une biosynthèse accrue des androgènes. Mais aussi une diminution des taux d’œstrogènes en raison d’une activité bêta-glucuronidase réduite. L’ensemble de ces facteurs contribue aux déséquilibres hormonaux caractéristiques du SOPK.

 

Estrobolome et cancer

Des recherches récentes relient également la dysbiose de l’estrobolome à diverses formes de cancer. Cette altération des microbes intestinaux conduit à des niveaux accrus d’œstrogènes actifs circulants. Ce qui favorise la prolifération cellulaire dans les tissus sensibles aux œstrogènes tels que les seins, l’endomètre, le col de l’utérus et les ovaires.

 

Comment équilibrer son œstrobolome ?

La composition de votre estrobolome est influencée par de nombreux facteurs, notamment :

  • la génétique,

  • l’alimentation,

  • la consommation d’alcool,

  • les expositions environnementales

  • et les médicaments que nous prenons, en particulier les antibiotiques ( y compris ceux contenus dans notre alimentation).

Par conséquent, vous pouvez soutenir votre œstrobolome et votre équilibre hormonal grâce à une combinaison de désintoxication, de régime alimentaire et de supplémentation. L’ensemble de ces facteurs vous aidera à rétablir cet équilibre délicat.

Pour équilibrer son estrobolome, il est important de travailler en collaboration avec un praticien compétent. Un naturopathe pourra notamment vous proposer une approche personnalisée, qui tiendra compte de votre corps et de vos besoins uniques.

Adopter un régime alimentaire équilibrant les hormones

Le régime alimentaire influence fortement la composition de l’estrobolome.

Plusieurs facteurs alimentaires peuvent avoir un impact positif sur ce dernier.

  • Les aliments fermentés, tels que la choucroute et les légumes lacto-fermentés aident à rééquilibrer les bactéries intestinales. Ils augmentent également la diversité. des bonnes bactéries.

  • Les souches probiotiques, telles que le Lactobacillus acidophilus, peuvent aider à diminuer les bactéries qui produisent la bêta-glucuronidase.

  • Les aliments prébiotiques, riches en fructo-oligosaccharides ou en inuline, aident à favoriser la croissance de bactéries bénéfiques. Ils incluent la chicorée, les asperges, l’ail et la banane.

  • Les plats à base de plantes riches en fibres alimentaires (pensez aux noix, aux graines, aux légumineuses, aux haricots et à une variété d’autres légumes). Ces dernières soutiennent les bactéries intestinales saines et conduisent à des niveaux plus équilibrés d’œstrogènes. Une étude a par exemple mis en avant l’impact significatif de l’avocat et du pamplemousse sur la bonne santé de l’estrobolome.

  • Les légumes crucifères tels que le brocoli, le chou-fleur, le chou et le chou frisé. Ces derniers sont utiles pour réguler les bactéries intestinales bénéfiques. Ils fournissent également des fibres pour garder l’intestin en bonne santé et favoriser une désintoxication saine des hormones, y compris les œstrogènes.

 

Réduire son expositions aux toxiques pour réguler son estrobolome

De nombreux composés d’origine humaine, dont les xénoestrogènes, peuvent imiter les œstrogènes naturels dans le corps et modifier la composition du microbiome.

La bonne nouvelle pour votre estrobolome est que vous pouvez prendre plusieurs mesures pour réduire votre exposition aux xénoestrogènes au quotidien.

  • Minimisez votre utilisation de plastiques tels que les bouteilles d’eau en plastique et les récipients pour aliments, surtout lorsqu’ils sont chauffés.

  • Soyez consciente de la composition des produits et soins cosmétiques que vous utilisez. La plupart des produits de grande consommation ont des compositions douteuses. Évitez les parfums synthétiques, les phtalates et les parabens, qui peuvent avoir un impact sur votre équilibre hormonal.

  • Utilisez des produits de lessive et de nettoyage ménagers entièrement naturels et biodégradables.

  • Choisissez des produits non blanchis et sans chlore tels que des filtres à café, des sachets de thé, des produits hygiéniques, du papier toilette et des serviettes en papier. De plus, passez aux options de coton biologique réutilisables lorsque cela est possible.

  • Optez pour des aliments biologiques dans la mesure du possible.

 

Activité physique, estrobolome et santé hormonale

L’exercice est un autre excellent moyen de favoriser la désintoxication et de réduire le stress. L’activité physique aide aussi à équilibrer les taux d’œstrogènes circulants à court et à long terme.

Des études suggèrent que le maintien d’un mode de vie actif à partir de l’adolescence puis sur le long terme peut réduire le risque de cancer du sein. De plus, un exercice régulier d’intensité modérée peut réduire les taux d’œstrogènes circulants.

Si nous sommes ce que nous mangeons, nous sommes surtout ce que nous avons capacité à absorber. Comme vous l’aurez compris, tout commence dans l’intestin ! Notre mode de vie, notre nutrition, l’activité physique que nous faisons et la manière dont nous gérons notre stress sont autant de solutions pour équilibrer ses hormones. En adoptant des habitudes de vie et une alimentation plus saine, vous pouvez équilibrer votre estrobolome et maintenir une bonne santé hormonale.

Experte sur ce sujet,  je vous invite à retrouver tous mes conseils pour équilibrer vos hormones grâce à la naturopathie dans mon livre « Accompagnez votre SOPK au naturel », paru aux éditions Jouvence. Je vous propose également un accompagnement personnalisé en ligne pour vous aider à améliorer votre hygiène de vie et réguler votre estrobolome.

Sources sur l’estrobolome :

Vidéo : Le microbiote intestinal au service de notre santé

– Guo, Y., Qi, Y., Yang, X., Zhao, L., Wen, S., Liu, Y., & Tang, L. (2016). Association between Polycystic Ovary Syndrome and Gut Microbiota. PLOS ONE, 11(4), e0153196. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0153196

– Zhang, J., Sun, Z., Jiang, S., Bai, X., Ma, C., Peng, Q., … Zhang, H. (2019). Probiotic Bifidobacterium lactis V9 Regulates the Secretion of Sex Hormones in Polycystic Ovary Syndrome Patients through the Gut-Brain Axis. MSystems, 4(2). https://doi.org/10.1128/mSystems.00017-19

– Lindheim, L., Bashir, M., Münzker, J., Trummer, C., Zachhuber, V., Leber, B., … Obermayer-Pietsch, B. (2017). Alterations in Gut Microbiome Composition and Barrier Function Are Associated with – Reproductive and Metabolic Defects in Women with Polycystic Ovary Syndrome (PCOS): A Pilot Study. PLOS ONE, 12(1), e0168390. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0168390– Skar, V., Skar, A. G., & Strømme, J. H. (1988). Beta-Glucuronidase Activity Related to Bacterial Growth in Common Bile Duct Bile in Gallstone Patients. Scandinavian Journal of Gastroenterology, 23(1), 83–90. https://doi.org/10.3109/00365528809093853

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.